PASCAL-BALARD Polydore

Polydore PASCAL-BALARD (1829-1880). Ingénieur chimiste.

Une fois de plus, ma curiosité est stimulée par le peu d’éléments concernant ce personnage. Je ne trouve pas de trace de sa naissance ni de son décès.

Une piste s’impose, le nom de Balard.

En effet un Balard célèbre a vécu durant ses années à Montpellier : Antoine-Jérôme Balard, le chimiste et savant dont la vie a été narrée dans presque tous les détails (1).

Pharmacien rue de l’Argenterie, il fait la connaissance de Sophie Elizabeth Pascal, une lyonnaise de naissance, vivant avec deux enfants de père inconnu, un garçon et une fille. Leur liaison donne naissance à deux garçons : le premier Prosper Bruno, né le 6 avril 1836 qui fera Polytechnique en 1856 et décède en 1861, le deuxième Emile, né le 6 janvier 1838 et mort à 2 ans en 1840.

Le couple décide alors de se marier le 6 mars 1838, et les deux fils sont reconnus sur l’acte.
Polydore balard

Mariage de Jérôme Balard et de Sophie Pascal (Source : Archives départementales de l’Hérault PierresVives, en ligne)

Une fille naît ensuite le 8 mars 1840 Jeanne Laure, qui décède malheureusement prématurément en 1853.

Après le décès de ces trois enfants, Balard adopte les enfants de sa femme nés avant leur rencontre.
C’est ainsi que Polydore, puisque c’est le prénom du garçon, devient officiellement Pascal-Balard, nom qu’il sera autorisé à porter à partir de 1874, comme en témoigne le Journal officiel du 31 décembre 1873.

Polydore balard

 

 Polydore a eu des descendants, deux fils dont nous trouvons une trace sans toutefois avoir accès aux archives (les archives du Gard n’étant pas en ligne à ce jour).
Suivant le modèle de son père adoptif , il devient ingénieur chimiste et travaille à l’usine de Salindres, créée par son beau-père en association avec Jules Usiglio (2). En 1872 il est membre de la Société scientifique et littéraire d’Alès.
Sur le testament de Balard, Polydore et sa soeur Florestine sont les héritiers d’Antoine Balard, décédé en 1876 et dont l’épouse a disparu l’année précédente.
Il décède en 1880, vraisemblablement à Salindres (3) ; de même nous pouvons penser qu’il est né à Lyon.
JLC
Notes :
3) Des détails seront ajoutés dès que l’état civil du Gard sera numérisé.