BERTHOLON DE SAINT-LAZARE Pierre

Pierre BERTHOLON DE SAINT-LAZARE (1741-1800).

Pierre Bertholon est né à Lyon le 27 octobre 1741, fils de Zacharie Bertholon, marchand passementier, et de Marie Borel. Après 1759, il est souvent dénommé Bertholon de Saint-Lazare du fait de son appartenance aux Lazaristes. Il meurt le 21 avril 1800.

Novice chez les Lazaristes de Lyon depuis le 4 décembre 1756, il prononce ses vœux le 29 octobre 1759. Il obtient le prix de l’académie de Lyon en 1779, 1780, 1784, alors qu’il en était membre associé depuis 1773. Il est professeur de théologie à Marseille de 1767 à 1770, à Béziers en 1773, membre de la Société Royale des Sciences de Montpellier, puis professeur de physique à Montpellier en 1784, il est nommé professeur à l’Ecole centrale de cette ville et enfin professeur d’Histoire à l’Ecole centrale de Lyon en 1797.

Bertholon a vécu à Paris, une première fois entre 1759 et 1767, une autre fois pendant le séjour de Benjamin Franklin (1778-1785), où il y a rencontré celui-ci à Passy. Il a installé les premiers paratonnerres à Lyon puis à Paris. Son nom est parmi les souscripteurs du Dictionnaire de Domergue. Il fonde avec celui-ci une « Petite Société des amateurs de la langue française » (1791-1792).

Outre un mémoire sur le vin, on lui doit divers ouvrages sur l’électricité, le paratonnerre et un appareil pour prévenir les tremblements de terre. Il s’intéresse à l’électroculture pour laquelle il conçoit deux dispositifs, l’électrovégétomètre et un système de « pluie électrique ». Au cours de sa vie, il publie :

  • Mémoire sur un nouveau moyen de se préserver de la foudre, 1777
  • De l’Électricité du corps humain dans l’état de santé et de maladie, ouvrage dans lequel on traite de l’électricité de l’atmosphère, de son influence & de ses effets sur l’économie animale, 1780
  • Mémoire qui a remporté le prix de la Société royale des sciences de Montpellier en 1780 sur cette question : Déterminer par un moyen fixe, simple et à la portée de tout cultivateur, le moment auquel le vin en fermentation dans la cuve aura acquis toute la force et toute la qualité dont il est susceptible, 1781
  • Nouvelles Preuves de l’efficacité des para-tonnerres, 1783
  • De l’Électricité des végétaux, 1783
  • Des Avantages que la physique et les arts qui en dépendent peuvent retirer des globes aérostatiques, 1784
  • De l’Électricité du corps humain dans l’état de santé et de maladie, 2 volumes, 1786
  • De la Salubrité de l’air des villes et en particulier des moyens de la procurer, ouvrage couronné par l’Académie de Lyon, 1786
  • De l’électricité des météores ouvrage dans lequel on traite de l’électricité naturelle en général, et des météores en particulier ; contenant l’exposition et l’explication des principaux phénomènes qui ont rapport à la météorologie électrique, d’après l’observation et l’expérience, 2 volumes, 1787, chez Bernuset, 391 pages
  • De la Taille de la vigne, mémoire qui a remporté le prix de l’Académie de Montauban, 1788
  • Journal des sciences utiles, par une société de gens de lettres, rédigé et mis en ordre par M. l’abbé Bertholon, 12 livraisons en 4 volumes, 1791

Il décède le 21 avril 1800.

Sources :

http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/069-pierre-bertholon

http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/visu_affiche.php?PHPSID=c86e9cdb73666f3ed077e2da5432d4bd&param=visu&page=1#

Arch. municip. Lyon, paroisse de Saint-Nizier, n° 88, f. 139 ; Registre des professions des Lazaristes, Arch. dép. Rhône ; Mercure de France, janv. 1771, t. II, p. 185-18

Claire DUBOIS et Caroline DELAIRE