BARRE Charles François Louis

Charles François Louis BARRE. Professeur agrégé de médecine, prêtre, aumônier des Petites Soeurs. Né à Montpellier, le 24 août 1814, décédé dans la même ville le 4 mai 1872. Inhumé au cimetière Saint-Lazare de Montpellier (extension).

Charles François Louis Barre, fils de Joseph Louis Bernard Barre et de Marie Jeanne-François Barre, est né à Montpellier le 24 août 1814 à une heure du matin, dans la maison de son père qui se situe dans la rue Coste Frège.

Lors de sa naissance, il a pour témoin François Benoît Michel Chausset, né en 1788, propriétaire foncier domicilié à Montpellier et Pierre Etienne Mauret, né en 1775, également propriétaire foncier domicilié à Montpellier. Les témoins, par leur profession, sont sans doute des amis de Joseph Louis Bernard, le père de Louis étant lui aussi propriétaire foncier. Ce dernier est également médecin à Montpellier, ville dans laquelle il est décédé. La mère de Louis est, elle aussi, décédée à Montpellier. Monsieur Barre possède un frère, nommé Bernard Ferdinand Adrien Barre. Ce dernier est né en 1823, et possède une fille, Françoise Jeanne Philomène Barre, née le 3 décembre 1854.

Louis fut docteur en médecine à partir du 16 avril 1842, jour même de la soutenance de sa thèse Recherches cliniques et philosophiques pour servir à l’histoire de la maladie de Bright, présentée publiquement à la faculté de Médecine de Montpellier. A l’âge de 30 ans, il est reçu professeur agrégé en 1844 et enseigne à la faculté de médecine de 1852 à 1855. Il se consacre à l’enseignement tout en étant médecin de l’OEuvre de la Miséricorde. Il est l’un des fondateurs des « Conférences de Saint Vincent de Paul », organisation de bienfaisance, catholique, laïque, à Montpellier et l’un des membres de l’A.S.L, l’Atelier des Sciences du Langage, de Montpellier de 1852 à 1855.

Il démissionne de son poste de professeur en 1855, lors d’un voyage à Rome se déroulant de 1855 à 1858. C’est durant ce voyage qu’il devient prêtre et qu’il effectue sa prêtrise en 1858. Toutefois, il continue à rédiger des publications médicales jusqu’en 1857 environ, dont notamment rapports entre l’état et l’acte morbide. En 1859, étant rentré à Montpellier l’année précédente, il s’engage en tant qu’aumônier des Petites Soeurs des pauvres.

Signature de Louis Barre (Source : état civil de Montpellier, archives en ligne PierresVives)

Louis Barre décède le 4 mai 1872 à 10 heures du matin, dans sa ville natale, rue du séminaire. Son décès est certifié par le docteur en médecine, délégué par l’hôtel de ville de Montpellier. L’acte de décès est déclaré à deux heures de l’après midi, par Jean Fulcrand Balp, missionnaire âgé de 52 ans et par Marie Alfred, comte de Lansade, baron de Jonquières et propriétaire agricole, âgé de 47 ans. Le décès de monsieur Barre est constaté par le conseiller municipal Alexandre Pappas. Le comte de Lansade, Marie Alfred, a eu un fils nommé François Marie Joseph. Lors de la naissance de ce dernier, le 12 mai 1851, Louis Barre est l’un des témoins désignés.

Bibliographie :

  • Dictionnaire biographique héraultaise, médiathèque Emile Zola
  • Archives d’état civil de l’Hérault (PierresVives)
  • Wikipédia : article « Conférences de Saint-Vincent de Paul ».
  • BARRE, Charles François Louis.Recherches cliniques et philosophiques pour servir à l’histoire de la maladie de Bright, Montpellier, 1842.

Elisa NASRI